23 janvier 2012

Des résolutions littéraires


Si vous n'avez pas encore lu les résolutions littéraires de Chantal Guy (La Presse), je vous conseille fortement d'y jeter un coup d'oeil (découverte trouvée sur le blogue d'Andrée Poulin, ici). La huitième résolution (pour les célibataires) m'a vraiment fait sourire. On mentionne que si une personne n'a pas de livres à la maison, vaut mieux ne pas lui faire l'amour. Bref, si tu veux attirer un homme ou une femme dans ton lit, montre tes bouquins! Tout à fait d'accord. Qu'en pensez-vous?

***

Dans un autre billet, celui-ci, je vous avais parlé que mon M. avait pris la résolution de lire un roman par mois. Eh bien! pour ce qui est de Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar, c'est mission accomplie! Il a adoré la plume de l'auteure. Petite anecdote, genre tranche de vie; lorsque j'ai voulu plonger au coeur de ce livre, j'ai lu quelques lignes au hasard et j'en suis demeurée bouche bée, ahurie. Pendant une fête romaine, tous les convives festoyaient et ne s'occupaient guère des enfants. Au beau milieu de la célébration, un enfant de trois ans tomba en bas d'une balustrade. Pour ne pas troubler les invités, l'enfant avait été transporté hors des murs dans le plus grand secret. Incroyable, non? Je n'ai jamais été capable de rouvrir le livre.

La prochaine lecture de mon M. sera La faim de Knut Hamsun, que je ne connais pas du tout. J'ai bien hâte qu'il m'en parle et me donne envie de prendre de telles résolutions littéraires, qui sait? Pour l'instant, le peu de temps dont je dispose consiste à corriger des dictées, des textes, puis à rédiger des examens de lecture. Un collègue m'a d'ailleurs mentionné que je devrais peut-être ralentir la cadence (parole de mathématicien). La plupart des profs font corriger les élèves, mais j'éprouve de la difficulté à déléguer, à faire confiance. Malgré mes douze ans d'expérience, il me reste encore beaucoup de chemin pour être efficace.

***

Puisque nous quittons notre maison à la mi-avril, j'ai décidé de ranger tous mes livres ainsi que ceux des enfants. Lors du dernier déménagement, les hommes de bras étaient complètement découragés de voir la quantité de boîtes livresques à déplacer. Hier, je crois avoir eu une idée de génie, enfin presque. J'ai utilisé une trentaine de sacs verts pour vider mes deux grandes bibliothèques. Voyez l'une d'elle dans toute sa nudité, ou presque. Pas de lourdes boîtes, pas de difficulté à soulever les sacs, c'est vraiment super. Le seul hic, c'est que mon garde manger (!) et une partie de mon garage sont remplis de livres. Je vous épargne les photos. Disons que les enfants furent étonnés, ce matin, de voir des boîtes de céréales trôner sur des piles de romans!

Bon lundi et heureuse semaine à vous!
Merci d'être là, tout simplement.