22 janvier 2012

Genre comme

Dans la longue file d'attente de la SAAQ, hier, un père et sa fille étaient en grande conversation. La mère, laissée en arrière-plan, semblait terriblement ennuyée et désintéressée des propos de son homme.

- J'en reviens pas! Toi et tes amis, n'êtes-vous pas conscients que vous ne parlez pas français? Vous baragouinez un vulgaire dialecte incompréhensible! Des mots comme full, chill, et j'en passe!
- T'as pas rapport, genre qu'on parle pas le français!
- Tu vois! « Genre », c'est quoi ce mot-là, hein? Il faut utiliser le mot « comme ».
- J'comprends pas ta question, papa.
- Je ne t'ai pas posé une question. Tu comprends, quand je te parle, pour qu'il y ait une question, je change mon intonation. T'as pas compris la ponctuation à l'école?
- J'sais pas...
- T'écoute pas?
- Euh...
- Pis là on parle pas encore du théorème de Pythagore. Est-ce que tu le comprends, lui? Écoute-moi quand je te parle, bon sens!

***

C'était à mon tour de passer au guichet. Zut! Je prenais plaisir à les écouter tous les deux. Le papa avait de bien belles intentions pédagogiques, mais je doute de la réceptivité de sa fille. Tout est dans la manière. En après-midi, je suis allée au cinéma avec les filles. Après la représentation, Angélique voulait avoir des petits jeux à 2 $ dans une machine-attrape-parents. Je lui ai dit que si elle voulait un, elle devrait répondre à des questions pour savoir si elle avait compris le film. Bon sens! Déformation professionnelle, quand tu nous tiens! Elle a tout de même réussi le questionnaire. Il faut dire que l'histoire d'Alvin et les Chipmunks (les naufragés) ne contenait pas un scénario très compliqué. Faudra augmenter le niveau de difficulté, la prochaine fois, genre comme. ;)

Bon dimanche!