1 septembre 2014

Propos sur l'éducation

L'instituteur, qui était un homme d'expérience, disait et redisait à ses jeunes adjoints que le principal était de lire et encore lire. Que ce soit histoire ou physique, ou morale, il faut toujours que le livre soit l'instituteur en chef, et que vous soyez, vous, les adjoints du livre. Vous commencerez par vous soumettre au livre, en lisant vous-mêmes, clairement, éloquemment, comme il faut lire; ensuite les enfants reliront la même page, et plus d'une fois. Assurez-vous que chacun lit tout bas; et, en vue de tenir l'attention éveillée, changez le lecteur souvent, et à l'improviste. J'ajoute que ce n'est pas amusant; mais nous ne sommes pas ici pour nous amuser. Par cette sévère méthode, il arrivait qu'on ne trouvait guère d'illettrés dans ce coin-là.
(…)
Quand je lis Homère, je fais société avec le poète, société avec Ulysse et avec Achille, société aussi avec la foule de ceux qui ont lu ces poèmes, avec la foule encore de ceux qui ont seulement entendu le nom du poète. En eux tous et en moi je fais sonner l'humain, j'entends le pas de l'homme. 


Alain, Propos sur l'éducation.

Citations recueillies par Mathieu Bock-Côté