26 novembre 2012

Primaire et essentiel

En première année du primaire, ma fille n'a qu'un devoir par semaine. Bien sûr, elle a de petites leçons, mais le lundi, on en profite pour faire son seul et unique devoir. Aujourd'hui, elle devait écrire une phrase. À mon avis, son professeur devrait en demander plusieurs. Les professeurs devraient toujours en demander plus, non? 

Trois groupes de mots à choisir parmi une liste. Par exemple, « La fille aime sa maman. » Angélique choisit les groupes suivants : « Le chien porte une jupe. » Elle rigole en prenant le temps de dessiner un petit chien brun avec une jupe rose. Mignon. Juste comme ça, je lui explique que les trois groupes de mots correspondent au sujet (de qui on parle), au verbe (de l'action) et au complément (placé directement après le verbe pour expliquer). J'entends mon chum, à l'autre bout de la maison, me dire qu'elle n'est qu'en première année! Je lui réponds que je n'ai pas encore parlé du complément indirect ni de l'attribut! 

Eh bien! qu'à cela ne tienne, car elle a compris mes explications et était capable de faire «l'analyse» d'autres petites phrases. C'est si simple et les enfants comprennent tous. On attend trop longtemps avant d'enseigner ces règles de base. L'essentiel. Ensuite, c'est moi qui m'évertue (avec passion tout de même) avec des adolescents de première secondaire pour leur expliquer le b.a.-ba grammatical. Si le verbe représente une action, le complément est direct ou indirect. Si le verbe représente un état (dont être est le chef de la tribu, jeu de mots), il est toujours suivi d'un attribut du sujet (une qualité ou un défaut attribué à celui ou ce dont on parle). Simple comme bonjour.

En classe, je prends l'analogie de l'être humain. Je veux que les élèves aient en mémoire une image forte, soit un petit bonhomme, genre petit prince. Je le dessine au tableau avec un coeur à vous couper le souffle! Sa tête représente le sujet, son coeur le verbe (pivot central avec ses compléments), puis son corps le ou les complément(s) de phrase. Parfois, des lumières s'allument, souvent je répète, mais je sais qu'un jour, tout se mettra en place afin que les liens entre les mots, les groupes, les phrases et les textes n'aient plus aucun secret. En fait, la dernière étape consistera à lire entre les lignes, mais ça, c'est l'apprentissage et l'histoire de toute une vie!