28 mars 2011

Moi, mes crayons et ma vie


Écrire, c’est faire passer le chaos dans le chas d’une aiguille.
Loco Locass

Depuis maintenant une semaine, je quitte la maison, les enfants et le chum en prenant non pas le sac à couches, mais le sac d'école, bien rempli de tout ce dont j'ai besoin pour ma journée. En voiture, la musique retentit et je peaufine la planification de mes cours, récapitule certaines notions mentalement et revois les visages des élèves, en me remémorant certains moments marquants. Évidemment, je pense aussi à mes enfants...

***

Entre les cours, je me retrouve dans la grande salle commune des professeurs. Tout autour de moi, ça jase, ça potine, et ça travaille aussi, quand même. Et moi, je suis la p'tite nouvelle, celle à qui on demande si tout va bien, si je m'adapte comme il se doit, si les élèves sont gentils, si je trouve les changements difficiles, etc. Je suis aussi celle que l’on teste, avec des questions ou des commentaires bien ciblés. Je suis celle que l’on regarde furtivement, avec des points d’interrogation accrochés au regard. Au milieu de ces changements, je survis relativement assez bien. La première semaine de mon retour a passé terriblement vite. Je me sentais (et me sens encore aujourd'hui) entre deux mondes, celui de la maison avec les enfants, puis celui du Collège. Entre deux réalités, j'essaie de m'adapter, de trouver ma voie, mon petit bout de chemin et d'équilibre.

***

Tous les jours, je demande à mes élèves d’écrire dans leur journal créatif. À partir d’un extrait de texte ou d’une citation, ils doivent écrire ce que les mots leur inspirent. Parfois, on en lit quelques-uns. Souvent, les gars (surtout) lisent des platitudes pour faire rigoler leurs pairs. Quand les élèves exagèrent dans leurs propos hors propos, justement, on ne fait que méditer nos pensées ou apprendre à les jongler, les manipuler et mieux les articuler. Tout un apprentissage que l'écriture, puis sans compter la censure...

***

Moi, mes crayons ne sont plus en bois, mais plutôt à l'encre rouge. Qui dit écriture dit correction. Je souligne et encercle des erreurs d'orthographe, de grammaire, de syntaxe et de ponctuation. Je note des résultats, je les compile et les compare. Je félicite ou encourage ceux pour qui j'oeuvre, pour ne pas qu'ils perdent courage, car l'apprentissage du français, c'est l'histoire de toute une vie.

***

- Pourquoi les mamans retournent travailler au printemps? me demande candidement Angélique.

***