13 septembre 2015

Regards

- Que fais-tu dans la vie?

- Rien. Je poursuis des émotions, je trébuche dans des regards et je collectionne des cicatrices.

Charles Monroe Schulz

***


Une autre fin de semaine qui se termine. Les yeux rougis par la fatigue, la mine basse, la liste de tout ce qui devait, doit et devra être fait immensément longue, voilà qui pèse lourd en ce dimanche soir. Mais au travers les remous, des rais de lumière, des éclats et des fragments de bonheur, évidemment.

Un peu plus tôt, en après-midi, il fallait que je me rende au temple des consommateurs, un immense supermarché mondial pour ne pas le nommer. Depuis longtemps, je n'ose plus y mettre les pieds, par principe, en rogne contre l'hyperconsumérisme, mais aujourd'hui, j'ai flanché. Car soyons réalistes, il est fort pratique de faire un 4 dans 1 : quelques achats scolaires, ludiques, pharmaceutiques et alimentaires, le tout sous un même toit. Il faut croire que je n'étais pas la seule à vouloir gagner du temps.

En sortant mon panier bien rempli, après que mes enfants aient réussi à soutirer quelques bonbons des machines distributrices, la pluie tombait tout doucement devant le temple de la renommée économique. Un peu partout, les autobus jaunes attendaient une foule de Mexicains. Ceux-ci s'en retourneront bientôt avec leur famille, les récoltes prenant bientôt fin dans la belle province. Dans les rangées, on les voyait s'affairer à trouver des poupées, des souliers, des petits jeux, bref, un peu de tout pour faire plaisir à des enfants et des femmes laissés trop longtemps seuls, sans figure paternelle à la maison. Tristes consolations pour que se profile à l'horizon un avenir un peu plus doux.

Une autre semaine qui commencera. Les yeux rougis par le labeur, la mine un peu allongée j'aurai, une liste un peu plus longue se formera, puis encore la perspective d'une vie plus calme et sereine deviendra le flot de mes rêves les plus fous... 

Hantés. Tout à fait.

Pourquoi tout perdre. Poignant.

Cauchemar à l'école.

Lettre à mon premier ministre.

Le TDAH. 

Visages de prof. Pas le mien.

Douceur du miel. Doux et touchant, avec une dose de mordant comme il se doit sous la plume de Jean-François Nadeau.

Les cours de latin, une ode à la créativité. Partageons.

Comprendre la situation de la Syrie en 5 minutes. Instructif. Et des images. Troublantes.

Aborder le thème des réfugiés par la lecture. Essentiel.

Privés de rentrée scolaire. 

Le Canada comme modèle de dérision.

La misère de la classe moyenne. Mirages.

Pour terminer en beauté...