5 avril 2015

Joyeuses et sympathiques Pâques!

En avril, le printemps ne tient parfois qu'à un fil...

« Moé, en tout cas, dit papa, si j'étais Dieu, je fêterais Pâques un peu plus loin du Vendredi saint. En juin, en mai ou même en fin d'avril, quand la débâcle est craquée, que le fleuve est décollé, après le retour des hirondelles et des outardes, quand le jardin montre ses premières pousses, quand les feuilles sortent, que viennent les lilas, que l'avoine tige, que le soleil est en chaleur, que les poules le sont aussi, que les taurailles et le boeuf à la grange, tous ensemble recommencent à s'énerver pour de bon, ce serait le vrai temps de dire : Alléluia! »

La foi de ma mère, la religion de mon père, Benoît Lacroix

Le père Benoît et l'amour (causeries avec Josée Blanchette)

Croyons-nous encore à quelque chose?

De soeurs à grands-mères

La passion d'Augustine