1 janvier 2015

Façonner la nouvelle année

Sur le site Web des éditions Alto, nous pouvons lire des extraits de Révolutions. Qu'est-ce que c'est au juste?


« Truffé de petites et de grandes révélations, Révolutions est une entreprise littéraire sans précédent qui décapite joyeusement les idées reçues.
Le calendrier révolutionnaire, en usage de 1793 à 1806, prétendait mettre un terme au règne des saints et des saintes qui peuplaient le calendrier grégorien pour marquer les jours au sceau de plantes, d’animaux et d’outils davantage en accord avec les vertus républicaines. Ses concepteurs le divisèrent en douze mois, chacun composé de trois décades constituées de huit végétaux, d’un animal et d’un outil ; à ces mois tous égaux succédaient cinq ou six sans-culottides (selon qu’il s’agissait ou non d’une année bissextile), journées dédiées à des vertus particulières, ce qui donnait un tour de l’an complet : une révolution.
Deux siècles plus tard, une paire de citoyens curieux, Dominique Fortier et Nicolas Dickner, ont chargé un certain Reginald Jeeves, ingénieux majordome informatique, de leur envoyer quotidiennement le mot du jour qu’ils revisiteraient jusqu’à combler les cases du calendrier. »
***
Aujourd'hui, premier jour de l'an, le mot argile est à l'honneur. À cet effet, Dominique Fortier écrit : « Nos républicains n’étaient pas détachés du calendrier grégorien au point de se priver de donner à ce premier jour de la nouvelle année un nom qui évoque la mystique chrétienne. En effet, c’est dans l’argile que Dieu façonna le premier homme (adama : « terre », en hébreu), et c’est dans l’argile qu’ils ont sculpté ce douzième jour de nivôse dont ils ne pouvaient pas ignorer que c’était ci-devant le premier de l’An. »

Ainsi donc, ce mot m'inspire, car il me rappelle que la vie elle-même est semblable à l'argile, terre malléable que l'on peut façonner selon nos intentions, nos volontés. À moins que celles-ci s'imposent d'elles-mêmes? Il importe peut-être d'en prendre conscience afin de sculpter notre quotidien par de menus gestes, de simples détails qui changent tout. Ce n'est pas le monde qui doit changer, c'est nous. C'est nous qui détenons le mystérieux pouvoir d'agencer tous les éléments hétéroclites afin de les lier en un tout cohérent. Qu'importe si le travail accompli n'est pas reconnu ni même applaudi, car le changement opérera à l'intérieur et en métamorphosera l'entière configuration. 

Façonnons donc nos rêves, quels qu'ils soient!