3 juillet 2014

La leçon du Coq de St-Victor

Le maire de St-Victor croit que la réussite économique de son patelin est due au coq du village, qui chante tous les matins aux aurores pour réveiller les citoyens. Quand le coq décide de casser les oreilles des habitants plus tôt qu'à l'habitude, ces derniers décident à l'unanimité que l'animal doit partir. Le maire du village voisin leur propose alors d'échanger leur oiseau contre un âne porte-bonheur. Un troc que les habitants de St-Victor s'empressent d'accepter. Mais sans le coq qui chante tous les matins, les villageois deviennent lâches et s'enlisent dans leur oisiveté. Bientôt, ils réalisent qu'ils ont peut-être fait une grave erreur en laissant partir l'animal.

***

La semaine dernière, pour célébrer le début des vacances avec les enfants, nous avons loué Le Coq de St-Victor. Je n'avais absolument aucune attente envers cette production et je l'ai plutôt bien appréciée. Les dialogues sont accrocheurs, les couleurs vives et le rythme soutenu. Surtout, j'ai bien aimé la morale-leçon-de-vie du film, c'est-à-dire que la belle vie implique un certain équilibre entre la discipline et le plaisir. Dès lors, j'en ai fait mon petit leitmotiv estival, car malgré le fait que je sois en vacances, mille et une tâches sont prévues pour optimiser mon efficacité et mon organisation.

Au travers la liste de mes envies, bien évidemment, les plaisirs et les folies seront au rendez-vous. Néanmoins, mon premier objectif terre-à-terre consistera, enfin, à refaire l'escalier. Depuis notre arrivée dans la maison du bonheur, la maison jaune (ceux qui me lisent depuis longtemps comprendront), ce devait être la priorité des travaux à gérer, mais hélas, rien n'a encore été effectué (allez savoir pourquoi!). C'est que les barreaux ne sont pas réglementaires, puis comme vous pouvez le constater sur les images, les treillis que j'ai posés par sécurité ne sont pas très esthétiques. Les entrepreneurs à qui j'ai parlé ne sont pas enclins à accepter le contrat s'ils doivent garder la rampe d'origine, alors ce projet traîne depuis trop longtemps. Qu'à cela ne tienne, je suis déterminée à réaliser ce premier pas dans la réalisation de mes nombreux projets. Avis aux intéressés : je cherche encore et toujours la perle rare, un homme à tout faire qui manifeste le coeur à l'ouvrage dans une maison ancestrale de 1868.