18 juin 2014

La maison, l'âme de l'écrivain

Benedetta Cibrario, qui habite à Milan dans un appartement au coeur du Palazzo Lurani Cernuschi, croit que l'espace dans lequel vit l'écrivain façonne toute son oeuvre. Elle voue un grand respect pour les objets et les détails qui marquent le passage du temps, notamment un grand miroir acheté dans un encan à Milan ou encore le portrait d'un de ses ancêtres, un historien. La plupart des meubles qu'elle possède proviennent de la famille de son mari, Emanuele Tournon, un descendant d'officiers français venus en Italie sous le régne de Napoléon.

En regardant les couleurs et les textures qui s'allient parfaitement dans ce décor, on ne peut que rêver à un espace si inspirant et lié à l'esprit du temps, ancien et présent. 






« Years ago, I visited Jane Austen’s home in Chawton, England, and left feeling I had tapped into the source of her prose. The well-worn floors and the walls, papered in delicate Regency designs, represented a kind of narrative architecture. The small table on which she wrote each day, having completed her domestic chores, spoke of her patience. The meticulous embroidery on a fine cotton scarf made me think of her hands and eyes — the intensity of her focus. Since that visit, I have come to realize that writers’ spaces reflect our work, and vice versa. (…) Everything came together in that one object — the act of writing, the Napoleonic era, family bonds. »
Benedetta Cibrario