5 novembre 2013

Conte d'automne


Il était une fois une reine puissante qui se mettait facilement en colère. Un automne, comme l'année était sur son déclin, elle sombra dans une profonde mélancolie. Elle ne pouvait plus ni agir ni penser et pleurait souvent sans raison apparente, ce qui la mettait en fureur et provoquait chez elle des crises d'angoisse qui faisaient trembler son entourage.

Chaque jour, la reine convoquait un nouveau conseiller, membre de son estimé cercle de sages pour qu'il lui explique la cause de son terrible malaise. Tous repartirent comme ils étaient venus : le médecin de la cour, l'astronome, le devin, l'alchimiste, l'herboriste, le philosophe... Parce qu'ils n'arrivaient pas à expliquer et guérir le mystérieux maléfice dont la reine était atteinte, tous étaient traités de charlatans et renvoyés illico, s'estimant chanceux de ne voir abrégée que leur ilustre carrière.

Finalement, pris de compassion pour la pauvre reine, le jardinier royal s'approcha doucement du trône de sa Majesté. « Venez au jardin, Reine; sortez des murs de la prison que vous vous êtes construite et je résoudrai votre énigme. » La diva était tellement désespérée qu'elle fit ce qu'il lui demanda. Se rencontrant au jardin pour la première fois depuis plusieurs semaines, elle remarqua que les couleurs vives de l'été avaient disparu et que le jardin avait l'air dénudé. Mais elle vit également qu'il n'était pas complètement dépourvu de beauté, ayant revêtu les magnifiques tons de cramoisi et d'or de l'automne. L'air était frais et vivifiant, puis le ciel, d'un bleu aussi pur que l'azur. « Parle, ordonna la reine au jardinier, mais pèse bien tes mots, car je désire ardemment la vérité plus que la flatterie. »

« Majesté, lui répondit-il, ce n'est pas votre corps ni votre esprit qui soufffre. C'est votre âme qui a besoin de soins. Car aussi puissante que vous soyez, vous êtes humaine et êtes la proie d'un mal dont nous sommes tous atteints, et ce, à différents degrés. Nos âmes passent inlassablement de l'allégresse au chagrin selon nos saisons affectives, tout comme la nature passe par les cycles de la vie, de la mort et de la renaissance. Ces jours-ci nous sont donnés pour exprimer notre gratitude pour les récoltes du coeur, quelque modestes soient-elles, pour nous préparer à la fin de l'année. En ce moment, le jour diminue et la nuit prend de plus en plus de place. Mais la vraie Lumière ne s'éteint jamais, ni dans la nature ni dans votre âme obscure. Accueillez au plus profond de votre coeur le crépuscule, reine bien-aimée, et ne craignez plus l'obscurité. Comme la nuit succède au jour, la Lumière reviendra et vous connaîtrez à nouveau des heures heureuses. De cela je suis sûr. »

La reine réfléchit aux sages propos du jardinier et lui demanda comment trouver le secret de la paix intérieure au fil des saisons de son coeur. Le jardinier la conduisit alors à un cadran solaire de cuivre où était écrit ceci : « Cela aussi passera. »

Texte remanié tiré du livre L'Abondance dans la simplicité, la gratitude au fil des jours