4 août 2013

Le refrain de mon quotidien, ou presque.

Chez nous, on ne joue pas à la chaise, mais bien au lit musical. Quand la nuit tombe et que les douces berceuses se font entendre entre nos murs, le jeu commence. D'abord, je gratte le dos d'une de mes filles, puis, épuisée, je m'endors avec elle. Ensuite, je me réveille en sursaut, car ma plus grande me réclame également des bisous, des câlins et un « grattage » de dos. Dans les brumes de Morphée, je m'endors également à ses côtés. Parfois, l'autre arrive et toutes trois, on dort.

Enfin, au beau milieu de la nuit, je retourne dans mon lit. Quelques minutes ou heures après, je ne le sais jamais, mon fils se réveille et veux que je dorme avec lui quelques instants seulement. Évidemment, vous l'aurez deviné, les heures passent et je suis toujours collée sur son oreiller. Arrivée (finalement) dans mon lit, je crois dormir paisiblement, mais le temps passe et je sens que mon espace est restreint. Je me rends compte que je ne suis pas seule, car nous sommes 4 ou 5 dans le lit, et ce, jusqu'aux aurores. Et ce n'est pas fini. Le jeu se poursuit avec le divan musical. Pendant que le petit écoute les dessins animés, je tente de reprendre un peu de sommeil en dormant sur le divan, mais je me fais vite déloger par mille et une demandes matinales. J'abdique et commence la valse du quotidien...

Bonne journée!