26 septembre 2012

Les leçons

Musée des Beaux-Arts de Boston, août 2012

Il y a déjà longtemps, il me semble, lorsque j'étais maman à temps plein à la maison, Angélique prenait des cours de piano. Tous les jours, elle devait pratiquer quelques pièces, mais après quelques mois, j'ai tout cessé, car avec les petits qui réclamaient toute mon attention pendant les leçons de musique, je n'arrivais pas à créer une atmosphère calme, sereine et paisible pour un apprentissage constant.

Je vis présentement le même problème avec les devoirs d'Angélique en première année. Lorsque nous arrivons à la maison, je prépare le souper et demande à ma fille de sortir ses livres afin que nous commencions ses travaux. Au moment où j'ai besoin de toute sa concentration, les deux plus jeunes font tout pour attirer mon regard; ça se chamaille, ça se dispute et les décibels augmentent! C'est comme quand le téléphone sonne. Je parle et tout d'un coup, la Terre arrête de tourner : maman devient le centre d'attraction et il faut à tout prix qu'elle laisse son interlocuteur.

Ce soir, en guise d'essai, lorsque les deux enfants furent au lit, je pris quelque temps pour qu'Angélique puisse lire ses mots-étiquettes et qu'elle puisse revoir et corriger des exercices faits en classe. J'avais  dégagé un coin de son bureau, lequel était enseveli de livres et de jeux. Tout se fit dans le calme et l'écoute. Cependant, le hic est qu'après seulement 15 minutes, je vis ses petits yeux fatigués qui me réclamaient le sommeil, d'autant plus que mademoiselle devait placer sa deuxième dent sous l'oreiller. La Fée des dents n'allait pas tarder à se pointer le bout du nez... Elle me demanda si la Fée des dents existait vraiment, car son amie lui avait dit aujourd'hui que les fées n'existaient pas. Tout serait orchestré par les parents. Le saviez-vous?

Perle du jour :
« Dis, maman, puisque tu es professeure, est-ce que ce sera plus facile de faire mes devoirs avec toi? »

***