14 juillet 2012

Eau secours.

À la plage de St-Thimothée

Oui, eau secours! D'une part, c'est la partie la plus tragique, à savoir que le compte des noyades au Québec est maintenant de 44. Nombre horrible, terrible, inacceptable et inconcevable. Évidemment et nécessairement, l'on se doit de revoir nos règles de sécurité dans notre propre cour.

D'autre part, au coeur de la canicule estivale, notre piscine hors-terre à nous n'est pas encore prête... Le cadenas est bien fermé, la clôture infranchissable, puisque l'eau ressemble à un lac insalubre et repoussant! Dans la ville, il y a un avertissement qu'en raison de la sécheresse et de la baisse importante du réservoir, les citoyens ne peuvent arroser les pelouses ni remplir les pisicines. Bien que nous ne soyons pas reliés à la Ville, notre propre puits semble également à sec. On ne peut remplir notre piscine et éprouvons plusieurs difficultés techniques. Nous n'avons même pas suffisamment d'eau pour faire fonctionner simultanément laveuse et lave-vaisselle, sans compter lorsque l'un ou l'autre de ces appareils ménagers s'arrête net, car la quantité d'eau nécessaire est insuffisante, voire nulle. Avec trois enfants, c'est la belle galère!   

Or, depuis le début des vacances, je suis en mode restreint. Quand on prend un bain, c'est le minimum d'eau et je lave la vaisselle à la main. Ça a du bon (comme de savourer les plaisirs de la lenteur et d'en construire un éloge intérieur), mais je prends conscience à quel point l'eau est essentielle dans notre quotidien. Sans une source fiable et continue, rien ne va. Voilà une des raisons pour lesquelles mon moral est au plus bas. Quand les paniers de linge sale débordent et que la maison est sens dessus dessous, ce n'est pas très serein et calme dans mon esprit. C'est comme si le chaos ambiant m'affectait dans toutes mes pensées, mes sentiments et mes émotions!

Profitez bien de vos piscines, chanceux! Mais de grâce, que vos enfants soient toujours tout près de la prunelle de vos yeux! xx