3 juin 2012

Les voyages nous forment.

J'adore ce texte de Paulo Coelho sur les voyages, alors je vous en offre une partie en partage. Vous le trouverez intégralement ici. En fait, moi et M. sommes en train de planifier nos vacances de cet été. Paris? Provence? Ogunquit? Cape Cod? Roma? Barcelone? Peu importe le voyage, je veux sentir l'âme des lieux et m'imprégner de mille et un souvenirs...

***
Dès mon plus jeune âge, j’ai compris que les voyages représentaient pour moi le meilleur apprentissage qui soit. J’ai conservé jusqu’à ce jour mon âme de pèlerin, et j’ai décidé de relater dans ce blog quelques-unes des leçons que j’ai apprises, dans l’espoir qu’elles puissent être utiles à d’autres pèlerins comme moi.
1) Évitez les musées. Ce conseil peut sembler absurde, mais réfléchissons-y ensemble un instant : lorsque vous vous trouvez dans une ville étrangère, n’est-il pas bien plus intéressant de chercher à en connaître le présent plutôt que le passé ? Il arrive que certains se sentent obligés de visiter les musées parce que, depuis tout petits, on leur a appris que voyager consiste à rechercher ce type de culture. Je ne conteste pas l’importance des musées, mais les visiter demande du temps et de l’objectivité – il faut savoir ce que l’on désire y voir, sans quoi l’on en ressort avec le sentiment d’avoir vu un certain nombre de choses fondamentales pour sa vie, mais sans très bien savoir quoi.
2) Soyez disponibles. Le meilleur guide touristique est quelqu’un qui habite la région, qui connaît tout, qui est fier de sa ville mais qui ne travaille pas pour une agence. Sortez dans la rue, choisissez quelqu’un avec qui vous avez envie de converser et demandez-lui des informations (où se trouve telle cathédrale ? Où est la poste ?). Si vous n’obtenez aucun résultat, choisissez quelqu’un d’autre – je vous garantis qu’à la fin de la journée, vous aurez trouvé une excellente compagnie.


3) Arrangez-vous pour voyager seul, ou – si vous êtes marié – avec votre conjoint. Cela vous demandera davantage d’efforts, personne ne sera là pour veiller sur vous, mais c’est de cette façon seulement que vous parviendrez à quitter réellement votre pays. Les voyages en groupe constituent une manière déguisée de se trouver à l’étranger tout en parlant sa propre langue, en suivant les instructions d’un chef de troupe, et en se préoccupant davantage des commérages du groupe que des lieux que l’on visite.

4) N’essayez pas de voir le monde en un mois. Mieux vaut passer quatre ou cinq jours dans une ville plutôt que de visiter cinq villes en une semaine. Une ville est une femme fantasque, elle prend tout son temps pour se laisser séduire et se dévoiler complètement.

5) Un voyage est une aventure. Henry Miller disait qu’il était bien plus important de découvrir une église dont personne n’avait entendu parler plutôt que d’aller à Rome et de se sentir obligé de visiter la Chapelle Sixtine, en compagnie de deux cent mille touristes qui vous crient dans les oreilles. Allez à la Chapelle Sixtine, mais déambulez dans les rues, aventurez-vous dans les impasses, laissez-vous envahir par la liberté d’être à la recherche de quelque chose sans bien savoir quoi, mais en ayant la certitude que vous le trouverez et que cela changera votre vie.

***