17 avril 2012

Juste pour ne pas oublier

Lorsque je serai vieille et que je relirai peut-être quelques billets de ce blogue, je ne veux pas oublier ces moments fous à travers lesquels je passe présentement. Force ou faiblesse, pendant que l'eau coulait sur les murs de la salle de bain et que les enfants criaient à tue-tête, mes larmes et mon désespoir ont coulé. Me voir si bouleversée les a transformés. Marianne s'est calmée et voulait m'aider à tout essuyer. Angélique a pleuré et m'a dit qu'elle m'aimerait pour toujours, puis qu'elle voulait que je sois fière d'elle. Mathis-Antoine a pris sa débarbouillette, puis a doucement essuyé ma peine, comme il le disait si bien. Il a même essuyé celle d'Angélique, tout de suite après.

Mon petit monde tourne fort pendant que le Monde tourne mal. Évidemment, je ne fais que voir ce que je ressens en ce moment. Demain sera un meilleur jour.