1 mars 2012

Se prendre pour moi

- Je ne suis pas fière de toi maman!
- Pourquoi donc?
- Le jus de mes concombres coulait dans ma boîte à lunch.
- Et c'est pour ça que tu me parles sur ce ton. Pour qui te prends-tu? (Du coup, je regrette ces paroles qui traduisent ma fatigue et mon impatience. Vivement la relâche, hein!)
- Pour toi. Je me prends pour toi. (long silence) Et c'est vrai, en plus. Je parle comme toi...

***

Depuis quelque temps, ma grande me confie, à mon plus grand désarroi, qu'elle n'aime pas l'école. Elle pleure pour aller à la même garderie que sa soeur et son frère. Elle me répète tous les jours qu'elle n'aime pas les détentes, qu'elle n'a pas assez d'activités et trop de « travaux », qu'elle ne fait jamais de peinture ou de pâte à modeler, qu'elle n'a pas le droit de choisir ses jeux et j'en passe. Savez-vous à quel point, chaque fois, j'aurais envie de fonder ma petite école, celle dont je lui parlais lorsqu'elle était petite? Eh bien! mon coeur de mère a littéralement le goût, dans ces moments, de tout laisser tomber pour avoir le bonheur de faire briller des étoiles dans ses yeux, chaque jour et pour toujours. Gros soupirs, car ce coeur n'a point ce qu'il désire...

***

Parce que l'amour existe toujours, même après (ou avant) la Saint-Valentin, voici une vidéo qui m'émeut et me fait sentir comme une ado. Je craque (comme mes élèves) pour ce jeune amoureux des temps modernes. Et vous?