15 décembre 2011

Relativiser


Ballottée entre mes émotions et mes obligations, débordante d'une ardente impatience, deux éléments m'ont traversé l'esprit et le coeur. D'une part, après une courte conversation avec mon père, tant physique que spirituel, j'ai senti plus que jamais que tout s'accélérait autour de moi, puis à l'intérieur de mon être. Comme si tout tourbillonnait et s'entrelaçait à une vitesse démesurée. Tout. Puis, comme il n'existe pas de hasard, que des coïncidences qui tissent notre Légende Personnelle (je suis tout empreinte des pensées de L'Alchimiste que j'étudie avec mes élèves), je suis tombée sur cette vidéo de Google, qui dresse un bilan international de l'année 2011. Du coup, ma vie s'est relativisée, j'ai pris du recul, ce qui m'a permis d'avoir une plus grande vision d'ensemble. Vertige, mais sentiment d'unité et de complicité avec le monde. C'est affolant et rassurant à la fois.

D'autre part, j'ai lu avec beaucoup d'émotions ce billet d'une blogueuse que j'admire beaucoup, Ali Edwards. Même si la langue anglaise constitue souvent une barrière, ses mots m'ont touchée droit au coeur, puis m'ont fait pleurer, comme si les difficultés de la vie familiale et amoureuse me frappaient en plein visage. Derrière les belles photos, nos vies se suivent et ne se ressemblent pas. On rit, on pleure, on vit des succès, puis des échecs. Parfois, les coups font mal, et des histoires prennent des directions que nous ne souhaitions pas. Puisse le Temps des Fêtes unir tous ceux et celles qui ne prennent pas suffisamment le temps d'être là, tout simplement, avec les êtres aimés. Puisse cette période de festivités rassembler les âmes éloignées, ballottées entre les émotions et les obligations...

Nota bene : Un merci tout spécial à tous ceux et celles qui ont pris le temps de venir m'écrire un petit commentaire pour la journée des Coucous organisée par Tchoubi. Du fond du coeur, merci de suivre le fil de mon histoire, de ma vie en fragments et billets détachés, parfois même décousus.