11 septembre 2011

Le 11, il y a 10 ans.

Le 11. Il y a 10 ans. Saint-Lambert. Le Directeur convoque tous les enseignants à la salle du personnel. Deux télévisions sont plantées là. Une première tour qui s'effondre, puis une autre. Sommes-nous en guerre? Toutes les certitudes s'écroulent. L'Amérique, ce géant aux pieds d'argile, bascule tout d'un coup et s'effondre dans la poussière. Ne rien dire aux élèves. L'éducation à l'abri du monde extérieur pour quelques heures. Réciter de la poésie à grands coups de coeur, déjouer la peur. Vaincre l'incompréhension. Je m'en souviens encore comme si c'était hier.

Dix ans plus tard, le ciel est toujours couleur bleu azur, mais le monde a changé. Nous ne sommes plus les mêmes. Nous frémissons sous la fragilité du monde. Tout peut basculer, rien n'est plus friable que ce que nous bâtissons. Le peuple américain s'est tout de même relevé, patriotique jusqu'au tréfonds de l'âme, les poumons gonflés d'optimisme, encore et toujours. Saluons leur courage et leur résilience d'avoir continué à vivre la tête haute, dans leur belle et grande cité Big Apple. New York City, toujours aussi belle et fière, à la hauteur de nos rêveries et de nos rêves...