3 février 2011

Les petites lumières dans notre coeur



Ce soir, avant l'histoire qui précède le sommeil des petits, Mathis-Antoine a reçu une petite veilleuse (achetée plus tôt chez IKEA). Or pour la première fois, en entendant ses soeurs qui s'exclamaient que c'était beau, il a également répété maintes fois : beau, beau, beau! Il est tellement fier de parler de plus en plus. Depuis une semaine, il ne cesse de répéter le mot Caillou de même que beaucoup de syllabes. Pour ma part, je lui répète que je suis fière de lui, tout comme je dis aux filles que je suis fière d'elles pour toutes sortes de petits exploits (dessins, bricolages, aide ménagère...)

Hier...

- Mes amours, voilà, je vous ai lu Cendrillon, c'est maintenant l'heure du dodo.
- Bravo maman, nous sommes fières de toi! me lance Marianne.
- Pourquoi?
- Bien, on t'imite! Merci de nous avoir lu un livre au complet même si t'étais fatiguée! explique Angélique.

***


Ce soir, pendant que Martin lisait de petites étoiles à bébé, je débutais la lecture de La Mission de la petite âme aux filles.

***



Pour expliquer ce qu'est la petite âme aux enfants, l'auteure (j'ai pris conscience à la fin du livre qu'elle avait été mon professeure de sciences physiques au collège Durocher Saint-Lambert!) la compare à une petite lumière dans notre coeur. C'est vraiment une belle image qui donne des ailes à l'imagination. Les mots qu'elle utilise sont simples et remplis de douceur. Expliquer l'invisible aux enfants, c'est une aventure délicate, mais tellement enrichissante et stimulante!

- Maman, tu n'as pas d'âme, je ne vois pas de lumière sur toi! me dit Marianne en regardant ma poitrine, les yeux remplis de points d'interrogation et teintés d'inquiétude.
- Mon amour, l'âme est dans mon coeur, puis elle est invisible, on ne la voit pas!
- Maman, moi je sais, tous les êtres humains ont une âme, sauf les méchants, me dit ensuite Angélique.

En la questionnant un peu, elle me confia que les méchants étaient ceux qui salissaient la Terre. Oups! je dois faire partie des méchants, car au retour de notre petite promenade elle et moi, cet après-midi, nous eûmes cette petite discussion.

- Maman, pourquoi les autos lancent de la fumée?
- C'est du gaz qui brûle dans le moteur, puis la fumée sort de l'auto, mais la planète étouffe un peu...
- Pourquoi elle étouffe?
- Elle n'aime pas ça qu'on lui lance de la fumée toute sale!
- Pourquoi alors on n'arrête pas?
- Parce que les humains aiment bien se déplacer en auto, c'est plus rapide.
- Ah... Un jour, la planète va nous lancer de la fumée elle aussi, elle nous laissera plus vivre ni grandir!

***

Pendant la lecture du livre (Marianne, pour la première fois, a décidé de rester dans son lit et de ne pas écouter l'histoire), un passage frappe l'imagination d'Angélique, c'est celui où les petites âmes choisissent le ventre de la maman pour venir faire un voyage sur la Terre. Elle voit des petites traces de pas qui se dirigent vers un gros bedon et j'aperçois sa tristesse.

- Comment elles font les petites âmes pour rentrer dans le ventre de la mère? Est-ce que je t'ai fait mal, moi? Je ne veux plus rentrer dans toi, je veux grandir!

Finalement, je décidai de remettre à plus tard (pas aux calendes grecques...) la fin du livre, car trop de contenu comportait ici trop d'émotions pour ma jeune âme en plein questionnement sur le sens de la vie, ce qui prouve que les grandes questions existentielles sont présentes très tôt. À nous, parents et éducateurs, il importe de ne pas éteindre ces étincelles, sources du savoir et de la connaissance du monde.

***

Un beau livre, c'est (vraiment) celui qui sème à foison des points d'interrogation.
Jean Cocteau