7 février 2011

Bonne semaine des enseignants!

Aujourd'hui, au hasard des livres étalés par les enfants dans la salle de lecture, j'ai lu quelques extraits du livre Rue Deschambault de Gabrielle Roy, qui a d'abord gagné sa vie en étant institutrice.

{Gagner sa vie! Comme cela m'apparaissait mesquin, intéressé, avare! La vie devait-elle se gagner? Ne valait-il pas mieux la donner une seule fois, dans un bel élan? Ou même la perdre? Ou encore la jouer, la risquer... que sais-je! Mais la gagner petitement, d'un jour à l'autre! Puisqu'il fallait gagner sa vie, autant la marchander au meilleur prix.

...

Avec moi ils étaient dociles. Il y avait, dans leurs yeux fixés sur les miens, une confiance parfaite. Je suppose qu'ils m'auraient crue si je leur avais dit que la terre est peuplée d'ennemis, et qu'il faudrait haïr beaucoup de gens, des peuples entiers...

Mais nous, ensemble, nous avions chaud. Les deux petits répétèrent les mots de leur leçon. Tout près de nous, la tempête comme un enfant incompris pleurait et trépidait à la porte. Et je ne le savais pas tout à fait encore - nos joies mettent parfois du temps à nous rattraper - mais j'éprouvais un des bonheurs les plus rares de ma vie. Est-ce que le monde n'était pas un enfant? Est-ce que nous n'étions pas au matin?}

Bonne semaine des enseignants!
Soulignons leurs multiples talents,
dont le plus important, celui d'éveiller l'imagination des enfants.

***