5 janvier 2011

Dilemmes en tête & au coeur

Aujourd'hui, j'ai lu les billets de deux mamans blogueuses que j'aime beaucoup (Mamanbooh et La Belle) qui retournaient au travail. Je fus très touchée par leurs textes, puis par l'authenticité et l'émotion qui s'en dégageaient. Je ne les connais pas personnellement, car comme le dit si bien Mamanbooh, nous sommes des copinautes (certaines deviennent vraiment des amies), mais je sympathisais avec elles et évidemment, mes épineux dilemmes ont refait surface... Retourner enseigner? Si oui, au collège JDB? dans un autre collège? dans une polyvalente? tenter le primaire? Si non, ouvrir une garderie? une pré-maternelle familiale? trouver une idée hyper-méga-géniale d'entreprise à la maison? ou tout simplement vivre avec mes enfants! En ce qui a trait à cette dernière idée (la meilleure selon moi à ce moment-ci de ma vie), mon chum trouve qu'elle ne rapporte pas beaucoup d'argent (*!*). Comment expliquer à un comptable qu'éduquer ses propres enfants plutôt que ceux des autres est le meilleur investissement qui soit par les temps qui courent?

D'un autre côté, j'aimerais bien me réaliser aussi sur le plan professionnel, mais je connais trop bien le milieu dans lequel j'étais immergée il y a maintenant quatre ans pour savoir que si j'y replonge, avec trois jeunes enfants qui ont besoin de moi, je ne sais pas si je réussirai la conciliation travail/famille. Être prof (pour ma part de français), c'est non seulement préparer ses cours (de longues heures de planification), les donner toute la journée, rencontrer les élèves, la direction, les collègues et les parents, mais c'est aussi corriger (surtout les soirs et les fins de semaine) les productions écrites, les projets et les examens de lecture (d'interminables heures), puis j'en passe... Ce travail est immensément stimulant à plusieurs égards, mais quel temps (en quantité et en qualité) me restera-t-il avec mes enfants? J'essaie de ne pas trop y penser, car je deviens triste, très triste.

Voilà, à toutes les mamans qui retournent sous peu travailler après un congé de maternité, je vous souhaite tout le bonheur et le courage du monde pour être à la hauteur de vos aspirations. Soyez douces et indulgentes envers vous-mêmes, car chaque jour est une bataille pour concilier le travail et la famille, pour que règne un (certain) équilibre. Et moi, je reste plongée dans mes dilemmes et dans mes réflexions, même si je sais que je devrai prendre une décision et ce, très bientôt. La vie est si belle et la cadence de l'enfance, si brève... Peut-être que cette pensée me guidera, qui sait?

Je vous laisse avec mon petit homme de 15 mois à la pêche aux poissons de bois...
Tant de concentration, c'est vraiment mignon!



***