1 juillet 2010

De tout et de rien, puis mine de rien, j'écris tout!

Tout ce qui n'est pas donné (ou recyclé j'ajouterais) est perdu.
Proverbe indien repris ici pour la chronique

C'est la Fête du Canada, puis je lisais sur le blogue de Josée Blanchette qu'on devrait la rebaptiser sous le glorieux nom de la Fête des Poubelles. Eh oui! car en cette journée nationale des déménagements, combien de meubles et d'objets en très bon état se retrouveront dans les poubelles? Des milliers! Comment qualifier le fait de jeter aux poubelles : paresse, inconscience, ignorance ou peut-être cécité comme l'écrit la blogueuse? Personnellement, je crois qu'il y a un peu de tout cela. On ne veut pas se casser la tête pour donner, alors on jette! À cet effet, c'est exactement la maladie chronique de notre siècle d'hyper-super-extra-consommation à l'extrême. Les signes se retrouvent partout autour de nous : on jette, on se débarrasse de tout ce qui nous embarrasse, sans penser à autrui. Pensons (ou pansons, c'est la solution) plutôt à donner d'abord aux membres de notre famille, puis ensuite à des amis ou encore à des organismes sans but lucratif ou de charité, peu importe. Certains justifieront leurs actes en arguant que les organismes sont trop peu nombreux (exemple : L'Armée du Salut ne ramasse plus rien). Lâchez donc la maudite Armée et trouvez votre Salut ailleurs et autrement. Ainsi, à La Prairie, l'organisme Le Partage récupère tout ce qui pourrait servir à d'autres membres de la communauté. Je dis souvent aux enfants, par habitude, que nous allons donner aux pauvres, mais en fait, toutes sortes de personnes se présentent au Complexe Le Partage. On voit d'ailleurs des brocanteurs et des antiquaires professionnels qui sont en quête de trouvailles à bas prix. Et, on me retrouve, moi, issue de la classe moyenne... Je mentionne cela, car toute petite, je demandais souvent à quelle classe nous appartenions. Dans mon esprit, il y avait les pauvres, les riches et ma famille, au beau milieu, les moyens! Si les ''moyens'' et les ''riches'' pouvaient donner un peu plus aux ''pauvres'', il me semble que cette société s'en porterait mieux.

(...)

Dans un tout autre ordre d'idées, je lisais dans un livre Voir la vie en rose avec nos enfants, que les parents devraient leur offrir une baguette magique. Ça viendra, mais pour l'instant, Mme Jean a conçu une magnifique cape mauve à Angélique. Quelle joie de la voir se pavaner comme une super-héronne (non, ce mot n'est pas encore dans le dictionnaire), dans ses propres mots. Elle dort avec son trésor et on dirait qu'elle a des ailes!

- Pourquoi grand-maman Lise est capable de faire des capes?
- Parce qu'elle sait coudre.
- Ah! elle est allée à l'école des coudes!

(...)

Moment magique aujourd'hui.

- Maman, viens voir, Mathis-Antoine est capable de lire un livre, s'exclame Marianne.
Je cours, je cours, que dis-je? je vole vers le salon. Moi aussi j'ai une cape pour voir les prouesses de mes enfants, mais il s'avère qu'elle est invisible, parce que je ne suis pas allée à l'école des coudes.

Mathis-Antoine, mon petit poussin d'amour de 9 mois, était assis sagement sur le tapis avec un livre de Dora sur les genoux (pas en gros carton, non, avec des feuilles minces). Il a tourné méticuleusement chacune des pages, puis à chacune d'entre elles, il riait un brin et sautillait de joie. J'aurais tellement aimé avoir sur-le-champ une caméra vidéo pour capter ce moment magique et le garder pour la postérité familiale.

Nota bene : Odette, j'attends toujours ton offre moitié-moitié.

(...)

Une petite dernière, juste avant de vous quitter. J'ai finalement reçu la carte postale de Vicki Archer, la célèbre blogueuse et écrivaine (!) de French Essence. Je la conserve précieusement, car elle sera le signet de son livre que j'ai commandé (ma première livraison Amazon), My french Life.
Des livres qui m'enivrent, j'en veux encore et encore!

(...)

Une vraie p'tite dernière : un salut tout spécial à mes parents et à mon frère, avec qui je suis en pensée, à Lyon. Peut-être verront-ils les vrais-faux panneaux de signalisation un peu partout dans la ville. Freak! Funky! Funny!