29 mai 2010

Ventes de garage


Pour se promener dans les ventes de garage à Candiac, sur la Rive-Sud de Montréal, il ne faut pas être pressé... Dans les rues se suivent de très près les voitures, toutes remplies de curieux qui regardent davantage sur les côtés qu'en avant. Que l'on soit connaisseur ou amateur de ventes de garage, chacun y trouve son compte. Pour ce qui est des vendeurs, il en existe trois sortes, selon moi. Ceux qui ont fait le deuil de tous leurs objets et qui les vendent à des prix dérisoires, ceux qui ont également fait le deuil, mais qui vendent quasiment aussi cher que le prix en boutique, puis enfin ceux qui n'arrivent pas à se départir de leurs biens et ne savent pas combien vendre. En fait, ils ne veulent pas vraiment vendre! Dans la première catégorie, les pires sont ceux qui mentionnent que tout sera ensuite jeté dans les poubelles municipales. Horreur! En cette ère où l'on ne cesse de parler de tendance à la récupération et au partage, comment se fait-il que l'on pense encore à jeter plutôt qu'à donner?

Ainsi, en compagnie de ma mère, les premières trouvailles, c'est elle qui les a eues, c'est-à-dire un magnifique vase en cristal et un livre intitulé Abondance dans la simplicité. Je cherchais un lit antique en bois pour Marianne, mais j'ai dû me rendre rapidement à l'évidence que je n'en trouverais pas un, car les vrais acheteurs se pointent à l'aurore, ou presque. Par dépit, je me suis rabattue sur un simple lit IKEA, en attendant de trouver la perle rare, dans notre prochaine maison... Mon coup de coeur est plutôt allé sur un petit miroir-cabaret antique qu'une dame (une sosie de Clémence Desrochers, en chair et en âme)voulait me vendre à 10 $. Elle accepta mon offre à 5 $ et me dit qu'elle me laissait découvrir tout ce que ce miroir pouvait m'offrir... Soudainement, je n'avais plus envie de l'acheter...

Je me suis surprise à rêvasser devant les manoirs qui bordent le golf de Candiac. Fontaines, statues, banc de marbre et plates-bandes des plus luxuriantes, tout est là pour créer l'enchantement des lieux. Certes, derrière les portes se trouvent de bien belles et bonnes familles, mais aussi j'imaginais des hommes et des femmes enmurés dans trop de richesse, le coeur vide et l'âme en peine... d'avoir trop d'objets et ne savoir que faire de tout cet encombrement! Ah oui! une vente de garage! Mais non, toutes ces maisons font sûrement preuve d'un minimalisme chic! Les riches ont compris que l'abondance est dans la simplicité et non pas dans l'accumulation de tout plein de cossins et de patentes! Qui a peu possède beaucoup. Cela semble simple, mais demande toute une formation de l'esprit pour en arriver à cet exercice. Allons, au travail, car la semaine prochaine se tiendra ma méga vente de garage, dans ma petite maison dans la Prairie. Vendre, sinon donner, voilà tout!