11 septembre 2013

Code et Charte, juste comme ça.

J'ai toujours enseigné dans le réseau privé au Québec. Je n'ai connu que le port de l'uniforme pour les élèves (une excellence chose en soi). Pour ce qui est des professeurs, je n'ai connu que les règles d'une tenue vestimentaire soignée, et ce, tant pour les hommes que pour les femmes. J'arrive d'une rencontre de parents dans la classe de ma fille (au public) et je n'en reviens pas. Je suis peut-être snob ou vraiment trop étroite d'esprit (ou les deux), mais je conçois mal que les profs accueillent les parents en petites et moulantes camisoles à bretelles avec des « gougounes ».

Certes, je ne porte aucun jugement de valeur sur leurs compétences, mais je me pose certaines questions quant à leur code d'éthique. J'imagine qu'il n'y en a pas et que chacun décide de son style. Soit, chacun ses goûts. Cependant, avant de débattre des signes religieux ostentatoires des employés de l'État au Québec, pourrions-nous parler d'un code vestimentaire de base dans le fabuleux monde de l'éducation? Quand je me présente devant des élèves ou des parents, je n'ai pas envie d'avoir l'air d'arriver de la plage ou d'un 5 à 7 avec mes collègues! Voilà, c'est écrit. Je m'assume pleinement même si je sais que je récolterai davantage de pots que de fleurs!


P.S. Je pense (juste comme ça) à la Charte des valeurs québécoises, laquelle je devrai lire afin de formuler des opinions éclairées. En tant que prof, je me vois très mal enseigner avec un « t-shirt » qui affiche mes couleurs politiques ou même mes goûts musicaux, encore moins mes valeurs et mes croyances. Et vous? Si j'avais de fortes convictions religieuses, je ne crois pas que le fait de ne pas porter un symbole qui les représente brimerait ma liberté de conscience. Justement, la foi, la vraie, se vivrait en pleine conscience davantage dans mon coeur et mon esprit qu'au travers les symboles que je porterais, non?

Je me sens très mal à l'aise quand les détracteurs de la Charte clament haut et fort que le Parti Québécois est en train de brimer la liberté de conscience de tous et chacun. Je sais que ce dossier est fort complexe, mais j'essaie de démêler ce que je lis et entends, puis j'éprouve plusieurs difficultés de compréhension, mais surtout, un grand malaise...

Pour enrichir le débat : Patrick Lagacé & Pour un Québec inclusif & Lettre ouverte