21 juillet 2013

Au clair de la lune

« Les chats ont un cri spécial pour l’heure de la grande angoisse, l’heure où ils voient la mort apparaître. Tous ceux qui les fréquentèrent et surent les comprendre le connaissent aussi bien qu’eux-mêmes, ce cri, tellement peu semblable à leurs habituels miaulements de demande, de vague ennui, de colère ou d’amour. C’est leur appel à on ne sait quelle pitié supérieure, obscurément conçue par eux, pitié des êtres ou peut-être pitié latente des choses; on pourrait dire que c’est leur prière, leur prière d’agonie. » Pierre Loti

Ce cri, ou plutôt ces cris, je les ai entendus cette nuit. Depuis notre retour de la Grèce (le pays des dieux et des félins), je veux que nos chats vivent dehors et s'habituent à notre campagne. Un des petits de notre chatte Rosie a vite compris que la grande nature contenait risques et périls, dont une piscine (ou un marécage pour l'instant).
***
Grâce à un véritable superhéros, mon M, le petit chaton Fleura fut sauvé d'une noyade, et ce, à l'aide d'une chaudière et d'un balai! Ma panique et mon inaction n'auraient jamais pu aider l'animal en détresse.

Tout ce que je fis par la suite consista à réchauffer le malheureux naufragé et le réconforter jusqu'à ce que sa mère le reconnaisse, le lèche et s'en occupe pour prendre le relais. Hélas! la nature étant ainsi, Rosie le rejeta. Soupirs. Je repensai non sans tristesse à la naissance de ses quatre chatons, dont deux furent mis de côté. Ils ne survécurent pas, et ce, malgré mes tentatives pour pallier les soins de la maman.

***
Je regarde à l'instant notre chaton, puis je sais que sa vie est encore en danger. Au clair de la lune, une toute petite prière j'envoie pour qu'à l'aurore, les enfants sourient en voyant à nouveau Fleura...