29 juillet 2012


Chère Angélique,

Seule dans la cuisine, au milieu des jeux, des jouets et des vêtements pêle-mêle un peu partout, il faut absolument que je t'écrive une toute petite lettre, et ce, malgré la longueur interminable des choses à faire et penser avant notre voyage. Je sais, je pourrais te l'écrire sur une feuille, la sceller et te la remettre sous peu, lorsque tu seras capable de lire toute seule, mais en ce moment, dans le branle-bas de combat de cette nouvelle maison jaune, tout est sens dessus dessous. Tout, les papiers et les cahiers, les albums et les jeux, les livres et tout le tralala. J'en perds mes points de repère, mais toi, tu es là. Tu me ramènes à l'ordre, bel ange. Merci.

Avec Mathis-Antoine qui, ces temps-ci, accapare toute mon attention et même plus, du haut de ses 2 ans, de sa toute-puissante première adolescence, je vois et sens ta tristesse. Tu n'aimes pas les chicanes et les conflits, toi qui rayonnes de bonheur et ne cherche que les joies du coeur. Cette semaine, tu m'as demandé de te relire Le réveilleur de princesse. Tu aimes beaucoup ce livre. Je t'ai appris que c'était ma cousine qui l'avait écrit et tu en étais stupéfaite de joie. Tu voulais que je la remercie pour ses beaux mots. Alors Élise, belle cousine, si tu nous lis, sache que tes mots ont su touché le coeur d'Angélique et le mien. Tu évoques la persévérance, ce bien grand mot, si looong, celui qui nous pousse à aller jusqu'au bout de nos rêves et de nos buts. Justement, le héros, Éric, a pour but de réveiller une princesse et de vivre heureux avec elle jusqu'à la fin de ses jours... Merci. Coup de coeur assuré pour les jeunes princesses (sans oublier les princes) en quête d'absolu! 

Angélique, tu m'as dit que ton but à toi (Ah! que j'aime les lectures qui ouvrent le coeur et l'esprit et qui donnent des ailes!), c'était d'avoir une belle vie... La belle vie! Qui de nous ne rêve pas d'avoir une belle vie? Celle qui nous donne la santé, le bonheur, la joie, la prospérité... Tu as tellement raison. Rien n'importe davantage que la belle vie, voilà tout. Les princes et les princesses viendront ainsi au moment opportun. En ce moment, en plein milieu des vacances, malgré tous les aléas du quotidien, des conflits, des déceptions et des petites rébellions, je sais que la belle vie que je cherche n'est pas bien loin, derrière les nuées. Confiante, entourée des êtres les plus chers, j'avance, lentement mais sûrement. Vagues à l'âme de mère, marées hautes et marées basses, vents et bourrasques en plein visage, l'horizon que je désire de dessine peu à peu. Les desseins se peaufinent, ma vie se raffine, tout doucement. Et toi, avec tes yeux brillants de candeur, tu m'insuffles justement assez de force pour ne pas oublier les élans de mon coeur. Merci. Je ne te ferai pas de promesses en l'air, mais je ferai tout en mon pouvoir pour que nous ayons notre atelier d'artiste, juste pour nous. De plus, ta fête qui approche, elle saura te plaire (toi qui s'en inquiètes énormément) par de menus détails que personne ne remarquera, à l'exception des enfants et des grands au coeur géant. Dieu sait qu'ils ne sont pas nombreux, mais semble-t-il que le royaume des cieux est à eux...

Je t'aime petit ange, bonne et douce nuit.
Maman