23 juillet 2012

Juste comme ça.


Les limites, en éducation, sont essentielles, mais peuvent nous causer bien des maux. Par nos attitudes, nos gestes, nos paroles et nos actes, les enfants et les adolescents connaissent nos limites, nos règles. Cependant, c’est dans leur nature de les transgresser. Pour nous, c’est de notre devoir de les respecter. Ouch!

En enseignement, durant les premières années, c’est un dur apprentissage que de respecter nos propres règles, toujours tenir la ligne de nos conséquences et surtout tenir nos paroles, nos promesses. Ça prend des années pour acquérir une certaine sagesse, une voie équilibrée. On apprend constamment par essais et erreurs. On tombe, ça fait souvent très mal, surtout à notre orgueil, mais si la passion de l’enseignement est plus forte que tout, on continue, envers et contre tous. Pour être un bon professeur, c’est beaucoup de labeur, mais on a tout le temps devant nous, si on nous en donne la chance, bien sûr. Certains échouent leur mission, hélas. D’autres progressent et font évoluer nos jeunes au sein de la société.

Pour ce qui est de l’éducation de nos enfants, évidemment que l’on se trompe énormément, mais le drame, ou le défi (selon notre vision), c’est que nous avons peu de temps pour apprendre à être de bons parents. Si tout se joue avant 6 ans, le laps de temps est court pour que nous soyons justes, sages et conséquents. Si on se trompe, ce qui arrive souvent, c’est notre enfant qui en subit les mauvais plis. Et nous, on se morfond! On reçoit bien des conseils et des avertissements, mais Dieu sait que nous préférons expérimenter nous-mêmes. Tant pis si on se trompe, car au moins, on suit nos propres instincts, nos profondes intuitions. On avance, on recule, on essaie, on recommence, on rit et on pleure.

Voilà, c'était un tout petit billet, juste comme ça. 

Bon lundi! xox