6 mars 2011

À la cabane à sucre familiale, 1re partie

Entaillage des érables, sous la pluie...




















***

La cabane à sucre familiale , c'est...

- un lopin de terre privé (certains visiteurs l'oublient) acheté par mes parents après la crise du verglas, au Québec, en 1998;
- évidemment, d'abord et avant tout un lieu magique pour concocter l'élixir divin, c'est-à-dire du sirop d'érable;
- une cabane où il fait bon humer le bois qui brûle dans l'âtre de même que les vapeurs de la sève qui surchauffe;
- un havre de paix et de repos pour les âmes vaillantes, après une dure semaine;
- un coin de la nature, au pied de la montagne Rougemont, de laquelle on peut voir les plus beaux levers du soleil, les aurores aux doigts de rose comme écrivait Homère;
- un milieu festif près d'un majestueux lac, pour des promenades enchanteresses et vivifiantes;
- une terre fertile pour planter les arbres des enfants, qui surveillent bien leur croissance;
- un milieu de vie parfait pour les oiseaux et les petits animaux;
- un lieu de rassemblement pour la famille et les amis;
- une forêt d'érables et d'autres espèces toutes aussi précieuses les unes que les autres;
- un jardin l'été pour les fleurs, les fruits et les légumes, béni par feu grand-maman Irène;
- une salle à manger pour boire un verre de vin (ou deux, ou trois, qu'importe si le plaisir est partagé) et manger un succulent rôti de palette;
- une cuisine chaleureuse pour manger des fèves qui ont cuit toute la nuit, pas au lard, mais au sirop d'érable avec des beignes, et encore des beignes, ce qui est une tradition dominicale;
- et ainsi de suite...

***