20 février 2011

La Roselière pour les jeunes roseaux créatifs

Source : Waldorf mama

Dimanche, fin de la journée, les enfants sont encore couchés, tous les trois en même temps, ce qui est un moment très rare. Le feu brûle dans la cheminée, je suis dans mon petit chez nous tout chaud. À mes pieds, mon homme marmonne et répète des mots espagnols avec son livre conçu pour les nuls! Il me semble que cela fait des lunes que je n'ai pas écrit. Depuis des jours, des semaines, je cherche mes mots, mes idées, mes repères. Beaucoup d'idées qui s'entremêlent dans mon esprit, des cahiers de notes bien remplis, des feuilles un peu partout dans la maison, mais la cohérence des mes propos ne se manifeste pas. Je me censure, me dis de ne pas écrire ou cela. La raison est peut-être que beaucoup d'évènements se passent et se préparent dans ma vie, ce qui me donne un peu le vertige et le sentiment de faire de la haute-voltige, cherchant désespérément les points d'ancrage et d'équilibre. J'imagine que c'est ça, en partie, la vie.

***

Le gros morceau de cette vie, en ce moment, c'est que d'ici quelques jours, notre maison sera en vente. Après seulement deux ans et demi ici, nous cherchons un autre nid. Deux principales raisons motivent notre décision. D'abord, nous voudrions avoir une maison de quatre chambres à l'étage pour les enfants (que nous n'avons pas encore trouvée depuis maintenant trois ans, selon nos critères, bien sûr). Cependant, depuis une semaine déjà, nous savons que cette maison de rêve et de bonheur devra nécessairement se trouver dans la commission scolaire des Patriotes, car nous avons à coeur que les enfants fréquentent l'école primaire La Roselière, à Chambly.

***

Lorsque j'étudiais en enseignement du français au secondaire, j'étais également intéressée (et le suis toujours) par l'enseignement primaire, de surcroît par les écoles alternatives. Entre autres, la pédagogie de Rudolf Steiner me fascinait. Un ami français venu étudier ici m'avait vanté les vertus éducatives de ces écoles en France, m'avait fait rencontrer de merveilleuses personnes et j'avais même visité deux établissements, l'un à Montréal, l'autre à Chambly. J'avais été enchantée de voir que l'art se situait au coeur de tous les apprentissages des enfants. Qu'il était beau et inspirant de voir des enseignants et des élèves qui aimaient vraiment la beauté de la calligraphie, du dessin, etc. Je me souviens même avoir été inspirée, dans le cadre d'un cours de littérature, pour écrire un conte intitulé Le calligraphiste. Je le partagerai, peut-être, un jour. Peu à peu, mon côté rationnel a repris le dessus, puis mes expériences en enseignement m'ont éloignée de toutes les valeurs de la pédagogie Waldorf, jusqu'à ce que j'aie des enfants, jusqu'à ce que je reprenne le chemin de ma créativité grâce (et pour) à eux.

***

L'année passée, j'avais participé à la création d'une nouvelle école alternative avec la comédienne Jacynthe René. J'étais emballée par le projet et par l'enthousiasme des parents (en fait, surtout des mamans) qui participaient à cette belle initiative citoyenne et totalement engagée. Avec l'arrivée de mon amour Mathis-Antoine, je n'ai pas pu poursuivre mon engagement initial et me suis éloignée peu à peu du projet. Finalement, cette école ne m'appelait plus, pour différentes raisons, dont celle que je n'avais pas pu assister à la première réunion d'informations, laquelle était une condition sine qua non à l'inscription de son enfant. C'était le spectacle de ballet d'Angélique... Je ne pouvais pas le manquer, vous en conviendrez.

***

Angélique débutera la maternelle en septembre prochain. Un grand moment pour elle, tout comme pour moi, pour nous. Le hasard, vous le savez, fait toujours bien les choses. J'ai eu envie de lui faire vivre une belle expérience au lieu de celle que nous avons vécue lors de son inscription à l'école de quartier (visite rapide du secrétariat, ce qui, pour un enfant, n'est pas très inspirant). Martin n'a jamais été chaud à l'idée que nos enfants fréquentent une école à vocation particulière, mais il a tout de même accepté que nous soyons aux Portes ouvertes de l'école La Roselière, à Chambly. Pour moi, ce fut le même bonheur que lors de ma première visite, il y a plusieurs années. Angélique fut émerveillée : des élèves qui tricotaient, d'autres qui façonnaient de la cire d'abeille, qui dessinaient dans de beaux cahiers entièrement colorés, d'autres encore qui fabriquaient de la farine! De vrais journaux créatifs, de véritables chefs-d'oeuvre pour les yeux et l'âme!

- Maman, tu vois, ici, c'est une école de poupées à main!
(Elle parlait de poupées faites à la main...) ;-)

Chaque année est liée à un thème qui correspond à l'évolution de l'enfant, or les voici :

Jardin d'enfants (maternelle) : Contes traditionnels anglais, italiens, russes, allemands, etc.;
1re année : Contes de fée, histoires de la nature et contes populaires;
2e année : Fables, légendes, histoires de saints et personnes dévouées à une bonne cause;
3e année : Bible et métiers;
4e année : Mythologies nordique et celtique
5e année : Mythologies grecque, égyptienne, indienne, etc.;
6e année : Rome antique et débuts de la chrétienté.

***

Angélique est revenue de ces portes ouvertes le coeur rempli de belles images, tout comme maman et papa d'ailleurs.

- Maman, j'aime mon école! J'ai hâte d'avoir cinq ans pour y aller!

Bien qu'elle soit sur une liste d'attente et que nous n'ayons pas encore trouvé notre maison tout près de cette école, nous gardons espoir que la vie nous placera sur le chemin que nous avons choisi, ensemble. Avant que mon petit ange ne s'endorme, le soir, les yeux tout pétillants et remplis d'étoiles magiques, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à tous les enfants qui n'aimaient pas l'école (je repensais également aux troublantes, non, catastrophiques statistiques qui mentionnent que plus de 20 000 enfants par année, au Québec seulement, souffriraient de dépression avant 6 ans). Mon but, à moi, serait entre autres de donner à mes enfants des racines et des ailes afin que l'école soit pour eux synonyme d'amour de la connaissance, des arts et de la créativité.

***

L'homme est un roseau pensant.
Blaise Pascal

Puis-je affirmer que l'enfant est un roseau créatif?