8 janvier 2011

Ce samedi, ça me dit...

Ce matin, pendant que ma plus grande écoute les dessins animés du samedi (elle est de bonne heure sur le piton), ça me dit de commencer une petite tradition : les samedis, ça me dit... Aujourd'hui, ça me dit de partager une tranche de vie... ou plutôt de folie!

Hier, je voulais écrire un autre point d'action intitulé : la tendance héritage. Vous connaissez la tendance vintage, eh bien la tendance héritage serait, semble-t-il, le nouveau concept de l'air du temps! J'y reviendrai, mais toujours est-il que dans mes bonnes actions 2011, je me suis donné comme objectif d'aller fréquemment à la bibliothèque municipale avec mes enfants ou toute seule (lire l'inspirante Nadine à ce sujet dans sa Pépinière à idées). Je suis une fille qui achète beaucoup, beaucoup, beaucoup de livres. Ceux-ci étant très dispendieux, je les achète usagés à des prix plus que raisonnables. Néanmoins, quand j'ai une envie intense de lire tel ou tel roman spécifique, je me fais un plaisir de me rendre à la librairie ou encore de passer une commande par Internet (cette dernière alternative a été une nouvelle façon de faire pour moi en 2010, de même que par la fabuleuse découverte d'Amazon).

Ceci étant écrit, j'adore posséder mes propres livres au lieu de les emprunter à autrui ou à la bibliothèque. Cependant, je me suis dit qu'il serait plus sage (plus économique et plus écologique) de restreindre mes coups de coeur ou coups de tête et ainsi faire des achats livresques plus réfléchis. Après avoir vu sur plusieurs blogues (dont celui de La Belle) que le livre Libérez votre créativité était très intéressant, j'avais vraiment le goût de le lire également. Finalement, je l'ai emprunté, de même que deux autres titres de la même auteure... À suivre...

À ladite bibliothèque municipale (bébé faisait sa sieste à la maison avec papa), les filles furent enchantées de pouvoir choisir toutes sortes de livres avant de s'installer confortablement à une petite table. Le calme parfait. Merveilleux. Serein et presque divin. La tempête était tout près... Après quelque temps, nous voilà au comptoir de prêt et je dis à mes filles de rester tranquilles à côté de moi. À peine ai-je le temps de parler à la dame que j'entends un tout petit bruit dans mon dos. En me retournant, je me suis demandé dans quel cortex galactique mon corps s'était déplacé...! Quelle ne fut pas ma surprise de voir ma petite Marianne dans le comptoir vitré des oeuvres d'art! Oui, vous avez bien lu! Ma fille à l'intérieur, une sculpture sur le plancher à côté du petit carton la présentant...! Au secours!

- C'est pas vrai Marianne, qu'est-ce que tu fais là? (!!!)

Je me dépêchai de la prendre par le bras et de remettre l'oeuvre d'art à sa place. La bibliothécaire arriva sur-le-champ (évidemment, nous sommes rapidement devenues le centre d'attraction), m'expliquant qu'elle avait débarré la clé de la vitrine pour la nettoyer un peu plus tard...

- Je crois, Madame, que vous ne voulez pas savoir le montant de la facture que vous auriez reçue si votre fille avait abîmé cette sculpture! me lance la bibliothécaire, tout de même très souriante.
- Non, en effet, je ne veux pas le savoir. Je suis vraiment désolée... (!!!)
- Mais comment a-t-elle fait pour déplacer ça?
- Je crois que je ne veux pas le savoir non plus...

Je vous épargne la suite des discussions avec ma fille sur la bonne conduite à suivre à la bibliothèque municipale...

Douce folie d'enfance aventurière. J'en ai ri. J'en ai pleuré. Je me suis questionné. En fait, je n'en reviens encore absolument pas! À bien y penser, je vais m'inscrire à une autre bibliothèque pour réaliser mon petit objectif personnel... ;-)

Ça me dit maintenant d'aller prendre un bon café, avant les cours de natation en rafale des enfants!

***