23 décembre 2010

Lueurs et réflexions


23 décembre. Déjà! pensent les parents. Enfin! crient les enfants!

Encore une fois, dans la voiture, en écoutant la chanson Noël, c'est l'amour, Angélique m'a dit qu'elle ne voulait pas que les lumières qui descendent du Ciel à Noël la rendent toute brillante! Je riais intérieurement, mais je devais garder tout le sérieux du monde pour continuer ma conversation avec elle... À 4 ans, la frontière ente la réalité et la métaphore est difficile à comprendre...

Au beau milieu de ses mille et une questions, parfois, je m'arrête un instant et me demande pourquoi je suis en train de lui répondre telle ou telle chose. Par exemple, en expliquant l'arrivée imminente de Père Noël, je me demande pourquoi nous avons inventé pareil personnage! D'accord, je sais que la magie doit opérer, mais on aurait pu faire mieux, non? Fréquemment, quand j'enseignais aux jeunes hommes du Collège B., je parlais et parlais (rien de nouveau pour un prof) et parfois, je m'écoutais (petite écoute métacognitive...) et me disais à quel point il était difficile d'élucider les mystères de ce monde, quels qu'ils soient. Les jeunes, de plus en plus éveillés, curieux et intelligents, ont soif d'authenticité et de vérité. Pas question de cacher qui l'on est, de raconter des balivernes à un jeune ni même à un enfant (à un adulte, c'est autre chose...), car ils découvriront toujours ce qui est vrai, ils démasqueront à tout coup vos limites, vos faiblesses, vos failles.

Dans son questionnement sur Noël et la vie en général, ma grande fille me remue quotidiennement dans mes convictions et parfois même me chavire. Sans s'en rendre compte, elle construit sa vision du monde au coeur de chacune de ses questions et parfois je ne me sens pas suffisamment forte pour lui insuffler la magie, l'étincelle féerique qui rend la vie tellement plus belle... J'aurais besoin d'une fée pour m'épauler, me guider, me souffler les bons mots, au bon moment, comme celui-ci...

Lorsque nous avons lu Le Bonhomme de neige et les fées de Noël, mon grand coup de coeur cette année pour la qualité du texte et des illustrations, je lui racontai que le bonhomme de neige était triste d'avoir donné ses plus beaux atours (chapeau, nez, boutons de redingote, etc.). Or, il ne se trouvait pas beau pour prendre part aux festivités de la veille de Noël...

- Maman, toi, est-ce que tu te trouves belle?

Avec une telle question spontanée, mais surtout criante de sincérité, les trippes se tordent et la tête bourdonne en quête d'une (bonne) réponse...

- Euh... tu sais, parfois oui, mais y'a des jours que non... (pas le temps d'élaborer).
- Moi non plus, je ne m'aime pas d'abord...

C'est à ce moment précis que je pris conscience à quel point une simple réponse pouvait éteindre ou allumer des étoiles...

- Finalement, j'y repense, oui, je me trouve belle! Je suis sûre que toi aussi, tu t'aimes, non?
- Oui, maman, comme toi!

***

Miroir, miroir, aide-moi à voir la magie qui sommeille au fond de moi... afin que je m'aime vraiment, pour que cet amour intérieur se reflète dans le regard de mes enfants. Magie de Noël, lumières du Ciel et de la Terre, faites briller les lueurs de mon petit coeur qui pleure en silence...

***