1 décembre 2010

En quête & enquête de sens pour Noël


Mon sapin de Noël livresque
Hier, à la lueur du sapin de Noël fraîchement décoré, j'ai pris mon papier et ma plume pour m'écrire une petite lettre. Depuis que j'avais lu la Musesletter de M comme Maman, la Grande Muse, je n'avais qu'une idée en tête : écrire jusqu'à ce que j'en aie mal aux doigts... C'est fou comme ça peut faire du bien de jeter sur papier ce qu'on pense, ce qu'on ressent, juste pour soi. C'est comme un cadeau que l'on se fait après une longue journée à donner aux autres, ceux que l'on aime. Pour ma part, je fais référence à mes enfants. C'est d'ailleurs sur eux que j'ai principalement écrit. Je repensais entre autres à une phrase lue récemment de Véronique Fortin (auteure du livre Le journal irrévérencieux d'une mère normale) :
J'aime ma famille.
Je suis satisfaite de la vie que je lui offre.

Je pense que mes enfants méritent tout ce à quoi je renonce.

Plus j'écrivais, plus je prenais conscience que la vie que je créais s'articulait autour de mes enfants. Tout ce que je suis, tout ce que je fais, c'était pour eux. D'accord, je sais que je dois penser à moi (ne pas toujours renoncer...), maman des plus imparfaites, mais pour cette tranche de ma vie, c'est tout ce qui fait mon plus grand bonheur... J'en arrive au sujet de cette chronique : le sens!

Voici ce qu'a écrit Stéphane Laporte il y a quelque temps :


Les gens embarquent dans le traîneau du temps des Fêtes, en n'ayant hâte que d'une chose: que la promenade finisse au plus sacrant. Qu'on se retrouve au plus vite après les Rois et que la vie normale reprenne son cours. Pourtant, ils vont décorer leur maison, ils vont acheter des cadeaux à tout le monde, ils vont sortir, ils vont recevoir, ils vont s'étamper un sourire dans la face mais sans que cela ne leur procure le moindre bonheur. Le temps des Fêtes est une tâche. Un mal nécessaire. Comme le dentiste et l'impôt. C'est pas joyeux Noël, ni joyeux décembre. C'est coûteux Noël, coûteux décembre. Il y a dans toute cette abondance de lumières, de bébelles et de bouffe, un grand absent: le sens. Quel sens donnons-nous à nos actions du temps des Fêtes? Euh... J'sais pas... Et vous? C'est plate, si on pouvait l'acheter au magasin, le sens, ce serait fait. On pourrait le cocher sur notre liste. On a trouvé un sens. Next! Mais trouver un sens, ce n'est pas aussi simple que de trouver un centre de table.
Noël corrompu
Avant d'avoir des enfants, j'aurais probablement pu écrire un texte qui contient le même genre d'idées. Aujourd'hui, tout a changé. Vous le savez, avec des enfants, c'est toute notre (mode de) vie qui en prend un coup, notre vision du monde, nos paradigmes, nos idées et préjugés, bref, tout change... pour le mieux! Tous ceux qui ne voient pas le sens de Noël ne devraient pas blâmer notre société de consommation et le monde de fous dans lequel nous vivons. Certes, la corruption, la désillusion et les marchands de rêves bidons sont partout, mais c'est à nous de ne pas tomber dans ces pièges et critiquer cette vie qui est la nôtre. Même mon chum, encore hier, après une visite dans les magasins, me disait avec amertume que le sens des Fêtes s'était perdu avec les années... Il a fallu que je le brasse un peu intérieurement pour lui faire prendre conscience que le sens de Noël, c'était à nous de le trouver et de ne pas attendre de l'extérieur qu'il arrive sur un plateau d'argent! Et surtout, je lui ai dit que le sens, il fallait le trouver pour nous, mais surtout pour nos enfants, pour leur joie et leur émerveillement... Il est vrai que trouver un sens n'est pas aussi simple que de trouver un centre de table (!), mais une fois que nous l'avons trouvé, tout le reste n'est que pur plaisir et bonheur! Pour ma part, Noël c'est aimer, donner et partager. Petit clin d'oeil en passant au concours Zoyeux Noël des Zimparfaites où j'ai laissé mon mot : Noël ne serait pas Noël sans le sens d'amour, de don; de partage que l'on propage! 
Je reviens au sens... Des valeurs, je sais qu'il est fondamental de les cultiver à l'année dans la tête et le coeur de nos enfants, mais je crois qu'il est crucial de le faire durant la période de Noël... La pauvreté, c'est une réalité ici comme ailleurs et les enfants devraient pouvoir le réaliser, à leur portée bien sûr, dans de petits gestes simples comme la Guignolée, pour ne citer que cet exemple. J'ai lu une citation ce matin qui m'a beaucoup touchée :
Bien des gens acceptent de faire de grandes choses; peu se contentent d'en faire de petites quotidiennement.
Mère Térésa
Le sens se construit au quotidien, rien de moins, dans de petits mots, de petits actes qui semblent bien anodins, mais qui nous font le plus grand bien. Enfin, je n'ai aucun concours ni tirage à vous proposer, mais si le coeur vous en dit, j'aimerais vraiment vous lire pour savoir ce que vous pensez du sens à donner à Noël. C'est ma petite enquête sympathique du 1er décembre. Tous les sens seront acceptés, même les plus inattendus! ;-)