15 juin 2010

Les petits vacanciers, première journée



Les enfants sont couchés et papa, en congé de paternité, lui aussi est couché. Ne reste que la maman tellement fatiguée qu'elle n'a plus la force de s'endormir... Elle aussi aurait eu besoin de câlins, de tapes dans le dos, de bisous et d'une douce doudou pour s'envoler au pays des rêves en couleurs! Si la nuit court après le jour et que le jour court après la nuit, moi, je cours après le temps! Je sais, je sais, tout le monde ne cesse de répéter que le temps nous manque toujours, qu'une journée n'est jamais assez longue pour faire entrer toutes les activités de nos interminables listes, mais il semble qu'on doive se le redire pour se comprendre!
Voilà, c'est écrit, on manque tous de temps!

Ce matin, Angélique commençait un petit camp de jour, les petits vacanciers. Pour ceux et celles qui connaissent un tantinet ma petite histoire de vie, vous savez que la destinée ne m'a pas choyée en matière de garderies et d'activités pour les enfants. Récapitulons. À deux ans, Angélique fréquente une petite garderie éducative, Les Touche-à-tout, mais une demoiselle ne cesse de la pousser, jour après jour, jusqu'à ce qu'un matin, Angélique revienne à la maison avec un immense bleu dans le front! C'en était assez pour mon coeur sensible de maman-qui-prône-l'apprentissage-à-la-maison. Des matinées enfantines sont organisées à La Prairie pour les enfants de deux ans, mais après quelques ateliers, chaque fois que je viens chercher Angélique, la majorité des enfants pleurent à tue-tête dans le minuscule local de jeux. À deux ans et demi, elle ira dans une garderie en milieu familial, mais durant deux mois, elle sera toujours malade. On repassera! Deuxième tentative en milieu familial, elle a trois ans et Marianne a tout juste deux ans. Les deux soeurs se font bousculer par deux frères et l'éducatrice leur dit que la loi de la jungle, c'est la vraie vie, alors on tape fort, puis on réplique!?! Où sont les papiers pour briser le contrat? Troisième tentative en milieu familial, car je suis épuisée avec l'arrivée de Mathis-Antoine, à peine âgé de quelques mois, mais cette fois-ci, les filles s'ennuient et ne veulent tout simplement plus aller à la garderie! Alors voilà, c'est décidé, pour le meilleur et pour le pire, je m'occupe de mes trois enfants, à la maison, et je leur donne le meilleur (et le pire peut-être...!) de ce que je suis.

Aimer, donner partager, voilà la devise familiale!

(...)

Tout cela pour en arriver aux activités des petits vacanciers, qui ont commencé ce matin. Angélique était tellement contente de savoir qu'elle serait avec des amis de 3 et 4 ans. Évidemment, elle s'était empressée de dire à Marianne que les deux ans ne pouvaient pas y aller. Et Marianne de répliquer qu'elle avait trois ans, car elle était capable de nous le montrer sur ses doigts...
Ce fut donc tout un rituel pour Angélique ce matin pour prendre le petit déjeuner (juste des céréales), choisir des vêtements (mauves, bien sûr), faire des lulus (pas une couette, car c'est beurk), préparer la collation (des biscuits Soda, des pommes (organiques, car c'est tellement mieux, mais ça, elle ne le sait pas encore!) et des morceaux de cantaloup, puis un jus Oasis), mettre la crème solaire, le nouveau costume de bain (seulement du Souris Mini pour mademoiselle, avec un poisson dans le dos, parce que chez ladite Souris Mini, on donne des ballons et on peut même faire des dessins pour gagner des vêtements! Oooohhhh!), brosser les dents, préparer des vêtements de rechange, revoir le tout et... partir!

- Maman, es-tu prête? J'vais être en retard.
- Angélique, ta soeur n'est pas encore habillée (et papa ne se grouille pas!) et je dois donner du lait à bébé!
- Maman, vite!
- Oui, oui, un instant, je ne suis pas une machine à vitesse (belle phrase héritée de ma mère!)!

Mon Dieu! Qu'est-ce que ce sera lorsqu'elle sera à l'école, de même que sa soeur et son frère, que papa travaillera et que moi aussi, je travaillerai? Je n'ose même pas y penser. Alors, pourquoi ne serions-nous pas tous de petits vacanciers, après tout? Je sais, on n'a tout simplement pas le temps!