28 mai 2010

Cultiver son jardin

Je dédie cette première chronique à ma mère, car elle sera ma première lectrice, peut-être même la seule... Depuis que Facebook fait partie de notre vie, je redécouvre ma petite maman Odette, car elle prend le temps d'arrêter son esprit au rythme de l'écriture. Quoique brève, cette écriture revêt une grande importance, car je crois qu'elle possède en elle-même un immense potentiel libérateur. Oui, écrire, c'est se libérer du quotidien qui, trop souvent, nous enlise et nous fait perdre de vue la globalité de notre vie. Récemment, après avoir travaillé très fort à l'érablière familiale pour faire son jardin, elle écrivait ceci...

Cultiver son jardin... quelle merveille et quel plaisir ! Y ajouter de la beauté par la couleur et la diversité... et humer ses effluves ! Chacun de nous possède aussi son jardin intérieur... il faut le cultiver pour que les ronces ne l'envahissent. Il faut construire notre bonheur... on ne cesse d'apprendre au fil des jours !

Mathis-Antoine est encore jeune, mais avec Angélique et Marianne, je crée de petites initiations au jardinage. Impossible de rester zen les deux mains dans la terre, car mes petites coquines mettent de l'eau partout et déplacent tous les pots et les pelles de la cour! Qu'importe! l'essentiel est de vivre une belle expérience! Pendant leur sieste, aujourd'hui, j'en ai profité pour planter quelques fleurs à l'avant de la maison! Quel bonheur après avoir arraché des tonnes de pissenlits ces derniers temps! J'ai même réussi à extirper un vivace quasiment mort dans un affreux pot qu'il me tarde de peindre... Demain, nous travaillerons dans le petit jardin de fleurs, à l'arrière de la maison. J'ai toujours rêvé humer des lilas, alors nous irons en acheter un! Mais avant, j'ai la ferme intention de me promener dans les rues de Candiac pour dénicher de petits trésors, pour chiner comme diraient les Français! Voilà un autre petit bonheur transmis par ma mère, celui de rôder dans les brocantes pour espérer trouver l'introuvable... En attendant, cultivons notre jardin.